La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

Récapitulatif du DataCloud 2018 : L'Edge Computing respectera-t-il la loi d'Amara ?

Giordano Albertazzi • juillet 09, 2018

L'énergie et le réseau Edge sont toujours dans les esprits après les quelques jours fantastiques et enrichissants qui se sont déroulés le mois dernier à Monaco lors du DataCloud Europe.

Articles associés

Vertiv Enables Further Innovation at Leading Russian Data Centre Operator IXcellerate
Définir le Edge: quatre archétypes edge et leurs exigences Technologiques
Rob Johnson at DCE18
Giordano Albertazzi at DCE18

Au moment où l'événement s'est terminé, le jeudi, les ‘niveaux d'énergie’ commençaient à diminuer légèrement, et en plein cœur de la magnifique principauté de Monaco, les pensées de chacun se tournaient vers la promesse de vacances à venir.

Mais un peu de temps de réflexion a permis de recharger les batteries, et même ‘d'alimenter’ de nouvelles idées concernant l'Edge Computing et d'autres sujets majeurs – grâce aux conversations et contenus d'exception qui ont nourri le salon.

Rob Johnson – Remplacement des Datacenters Hyperscale et Cloud en périphérie du réseau

Tout d'abord, ce fut un véritable plaisir de pouvoir accueillir Rob Johnson, PDG de Vertiv, à Monaco, et de l'écouter partager son point de vue sur l'Edge Computing et d'autres domaines technologiques stratégiques.

Durant son exposé, Rob a abordé la recherche à long terme que Vertiv a entreprise concernant des scénarios d'utilisation spécifiques intervenant en périphérie du réseau – nous en avons compté plus de 100. Ces scénarios ont ensuite été associés à quatre principaux archétypes. Mais Rob a également affirmé que certains aspects de l'Edge Computing n'avaient rien de nouveau. Par exemple, les tours cellulaires joueront un rôle clé dans les infrastructures critiques du edge; Rob a raconté comment Vertiv soutenait ces sites depuis des dizaines d'années en leur fournissant des dispositifs d'alimentation et autres équipements aux États-Unis, en Europe, et même en Chine.

Rob a aussi expliqué comment, bien au-delà du remplacement des datacenters hyperscale et cloud par l'Edge Computing, il y aurait, comme l'avaient prédit certains observateurs, une évolution impliquant une distribution « bipolaire » des infrastructures. D'un côté, les grands datacenters cloud qui exécuteront de grands volumes d'analyses de big data, et de l'autre, les dispositifs périphériques qui recueilleront des données et filtreront ce qui doit être transféré vers le cloud.

D'intéressants points de vue concernant cette infrastructure de périphérie ont spécifiquement été partagés par d'autres intervenants durant le salon. Je dois bien avouer que je n'ai pas été d'accord à 100 pourcent avec tout ce que j'ai entendu, mais ces perspectives m'ont toutes sans aucun doute donné matière à réfléchir.

L'impact de l'Edge Computing est-il surestimé ?

L'un des thèmes récurrents a été qu'une partie du développement de l'Edge Computing était surfaite. Je peux sans aucun doute comprendre que l'idée d'ajouter plus de 50 milliards de dispositifs IoT d'ici 2020 puisse d'un côté sembler irréaliste et de l'autre parfaitement réaliste. Je pense que Rob a bien abordé ce point lors de son exposé lorsqu'il a fait référence à la loi d'Amara, qui stipule que nous tendons à surestimer l'impact des technologies à court terme et à le sous-estimer à long terme.

En effet, la demande en Edge Computing se développe moins rapidement que certaines prévisions l'annonçaient, mais il suffit de penser au nombre d'appareils connectés maintenant disponibles – des téléphones aux voitures en passant par d'autres dispositifs – pour prendre conscience de la manière dont cette demande va évoluer. Pour être prêt à cette évolution, il faut dès à présent mettre en place des infrastructures critiques, et c'est pour cette raison que Vertiv investit massivement dans la recherche, afin de comprendre dans quels domaines la plus grande demande en Edge Computing se matérialise.

Du fait de cette demande, un autre point s'avère préoccupant: le risque de manque de puissance à long terme dans certains des plus grands hubs de datacenters – comme soulevé récemment par la Dutch Datacentre Association – qui exigera probablement un investissement futur dans les micro-réseaux, et d'autres formes de génération d'énergie distribuée. Lors du DataCloud, j'ai aussi rencontré des représentants de marchés du datacenter plus récents, comme la Suède, le Danemark et d'autres pays nordiques où l'alimentation électrique est relativement bon marché et disponible (et majoritairement écologique), qui continuera à attirer de nouvelles possibilités de datacenters.

En parlant de nouvelles possibilités, j'ai aussi été ravi d'avoir l'occasion de discuter du partenariat technologique de longue date entre Vertiv et le fournisseur de colocation russe, IXcellerate. Le PDG de l'entreprise, Guy Willner, était également présent lors du DataCloud, et nous avons discuté en détails de certaines technologies innovantes Vertiv qu'IXcellerate avait déployées, comme les batteries Lithium-Ion. Les opérateurs de datacenter prennent conscience des avantages offerts par cette technologie de batterie révolutionnaire : ces batteries sont notamment plus petites et légères, tout en offrant des cycles de chargement/déchargement plus rapides ainsi que des densités énergétiques plus élevées.

La demande en Edge Computing augmente, mais qui la gère ?

Si l'Edge Computing a indubitablement été l'un des principaux thèmes du DataCloud, d'autres sujets aussi importants ont été abordés. Par exemple, j'ai eu la chance d'être invité à participer à un panel sur le développement et la diversité des effectifs aux côtés d'entreprises telles que CBRE et le groupe technologique britannique TechUK.

Nous voulons créer un environnement dans lequel chaque employé se sent à l'aise et a la possibilité d'atteindre ses objectifs. Vertiv a par exemple développé le Graduate Commercial Engineering Programme qui est conçu pour accélérer le passage des étudiants du statut de diplômé au monde professionnel. Nous avons déjà entendu d'excellentes success stories d'étudiants de la dernière promotion qui ont réussi à décrocher des postes à temps plein. Nous continuons également à développer notre approche de la diversité, et j'ai hâte de partager nos progrès dans ce domaine dans de prochaines publications.

Dans l'ensemble, le DataCloud a été une expérience exceptionnelle, d'une teneur très pertinente concernant l'Edge Computing et d'autres sujets. Il est difficile de dire combien de ces prédictions – qu’elles aient été faites sur scène, en prenant un café ou au comptoir du bar – se matérialiseront, mais je suis convaincu que nous saurons dès la prochaine édition de l'événement si la loi d’Amara se confirme pour au moins plusieurs d’entre elles.

Langue & Localisation