La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

La transformation numérique peut-elle affecter les services publics européens ?

Emiliano Cevenini • juillet 27, 2018

La dépendance numérique sera-t-elle responsable d’un scénario catastrophe ?

Articles associés

L’explosion des données de l’IoT arrive à grande vitesse : Découvrez les avantages que peuvent en tirer les fournisseurs de colocation
Six Steps to Improve Data Center Efficiency

La transformation numérique des secteurs d’activité critiques fait évoluer les économies du monde entier. Toutefois, devant cette dépendance croissante du progrès économique vis-à-vis de l’infrastructure numérique, les conséquences d’une panne s’annoncent toujours plus catastrophiques.

Dans ce contexte, un secteur particulier se démarque clairement comme le pilier de la réussite de tous les autres : les services publics. Que ce soit le résultat d’une catastrophe naturelle, d’un acte de terrorisme ou simplement d’une erreur humaine, toute coupure importante du réseau électrique peut ralentir, voire immobiliser l’économie et la société dans son ensemble.

Répondre aux besoins des entreprises et des personnes

Le véritable défi du secteur des services publics réside précisément dans le fait que nous en sommes tous dépendants. Ils touchent quasiment tous les aspects de notre quotidien. Avec une base de clients très vaste allant du particulier à la grande entreprise, de nombreuses compagnies d’électricité, de gaz et de nucléaire sont en pleine mutation. En effet, un rapport publié par Vertiv en 2017 concluait que le bon déroulement de nos vies quotidiennes nécessitait des performances élevées de la part des services publics.

Il indiquait également que les acteurs de ce secteur gèrent des changements majeurs dans la création et la distribution de l’énergie. Il ne s’agit pas seulement de la réponse d’un secteur unique à de nouvelles pressions, mais bien de la modernisation de l’infrastructure qui soutient la réussite de tous les autres secteurs, et donc de l’économie tout entière. Ces changements font bien plus qu’assurer le fonctionnement de routine.

Les pressions politiques se manifestent comme un moteur essentiel de ces transformations. Les gouvernements du monde entier encouragent activement l’adoption de la gestion intelligente de l’énergie auprès des organismes commerciaux comme des citoyens. D’ailleurs, en juillet 2017, le gouvernement britannique a dévoilé ses plans pour la création d’un ‘ système énergétique plus intelligent et plus flexible ’ qui donnera aux entreprises et aux citoyens plus de contrôle sur leur consommation d’énergie. Pour mettre en œuvre ces programmes avec succès, il faut considérablement modifier le modèle de la distribution électrique, et ces changements s’appuieront sur les performances de l’infrastructure numérique du secteur.

Télécharger l’infographie

Des changements ciblés pour des services plus intelligents

L’abandon des modèles traditionnels de livraison au profit de méthodes numériques est d’autant plus complexe que l’infrastructure des services est par nature dispersée. Le secteur dans son ensemble combine des systèmes physiques et numériques distribués sur des territoires nationaux ou internationaux, et ils doivent fonctionner en coordination pour fournir des ressources critiques.

Mais la gestion physique du passage de l’analogique au numérique n’est pas la seule source de difficultés : c’est le fondement même du modèle de fonctionnement du système qui est en train de changer.

Traditionnellement, la production/distribution d’énergie part d’un point central avant d’être acheminée jusqu’aux lieux les plus reculés du pays. Mais l’avènement de l’énergie intelligente et du réseau électrique intelligent exige l’adoption d’une approche plus décentralisée. Aujourd’hui, différentes technologies plus compactes et agiles permettent de distribuer l’énergie depuis des sites plus proches des foyers et des entreprises qu’ils desservent. La connectivité est au cœur de ce nouveau modèle, et les services publics vont ainsi devenir des acteurs majeurs dans l’adoption de l’Edge computing. En plus de fournir les services, ces centres distribués vont également devenir des sources de grands volumes de données.

À n’en pas douter, l’avènement de l’énergie intelligente offre aux compagnies l’opportunité d’utiliser les données dont elles disposent déjà pour apporter une offre personnalisée à leurs clients et assurer un service plus fiable à l’échelle du pays. Selon McKinsey, l’optimisation numérique des services publics pourrait entraîner une hausse de la rentabilité de 20 à 30%. Cette nouvelle approche soulève toutefois des questions stratégiques pour les professionnels des I&O. La numérisation donne à la sécurité, à la fiabilité et à la redondance une importance sans précédent, et il appartient aux équipes I&O de trouver le juste équilibre entre ces facteurs clés et le rythme du changement imposé par la demande.

Les besoins en infrastructure des services publics intelligents

Le nouveau modèle énergétique distribué et la technologie de réseau intelligent vont jouer un rôle central pour le maintien de l’alimentation en électricité de tout le pays aujourd’hui et pour la création des villes intelligentes de demain. Sans surprise, les équipes I&O seront au cœur de ce changement.

Fiabilité et redondance : les outils des compagnies de services publics changent à grande vitesse. Cet éventail de nouveaux dispositifs et équipements va s’appuyer sur une alimentation régulière en énergie et sur la cohérence et la fiabilité des données produites. Les professionnels des technologies devront impérativement prédire les risques de toute perturbation du service en conditions normales et extrêmes (comme on l’a vu par exemple en Amérique du Nord cet hiver).

Aujourd’hui, une interruption des services est déjà quasiment inacceptable. Mais avec les nouvelles exigences de l’ère numérique, la patience des particuliers comme des entreprises en cas de coupure sera plus limitée encore. La disponibilité de nouvelles données va rendre les erreurs et la mauvaise gestion des risques plus visibles, et les équipes I&O devront tenir des SLA plus stricts.

Sécurisation des ressources : notre dépendance accrue vis-à-vis de l’infrastructure numérique va renforcer l’impératif de sécurité à tous les niveaux. Les compagnies de services publics vont devoir administrer des réseaux de plus en plus complexes, dans lesquels la gestion des activités opérationnelles et la livraison des services seront confiées à des hubs d’edge computing. Outre les questions de cybersécurité et la protection de l’infrastructure technologique contre les failles numériques, il sera essentiel de préserver l’intégrité physique des équipements. Les professionnels vont utiliser des armoires installées dans des zones reculées et un réseau en toile d’araignée va extraire les données de grandes zones géographiques. Cette combinaison de protection informatique, de sécurité physique et de changement au sein de l’infrastructure numérique constituera un facteur complexe mais crucial pour le secteur

Un nouvel éclairage

Nous sommes nombreux à ignorer la complexité qui se cache sous la surface de nos compteurs intelligents quand nous profitons des côtés pratiques et économiques des nouveaux systèmes de distribution, mais les équipes I&O ne peuvent se permettre un tel luxe. Peu d’industries connaissent autant de transformations que le secteur des services publics, qui est aussi le secteur pour qui l’enjeu est peut-être le plus grand.

Dans la mesure où la numérisation accrue suscite une interdépendance toujours plus intense entre les différents secteurs critiques, on comprend que la bonne gestion de la transformation numérique est l’un des plus grands défis des professionnels I&O aujourd’hui. L’orientation choisie déterminera l’échec ou le succès des services. L’avenir se joue maintenant.

Langue & Localisation