La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

La page et votre région ne correspondent pas

Rester sur cette page

L’explosion des données de l’IoT arrive à grande vitesse : Découvrez les avantages que peuvent en tirer les fournisseurs de colocation

Martin T. Olsen • mai 09, 2018

Articles associés

Pourquoi les colocations risquent-elles non seulement de perdurer mais aussi de prospérer : Analyse de l’impact de la migration des applicatifs vers les fournisseurs de colocation
Key Takeaways Video
Rapport 451 : L’impact du cloud et de l’Internet des objets sur la demande en datacenters


Notre premier article sur le rapport intitulé Les données du Edge: L’impact du Cloud et de l’IoT sur l’implantation des datacenters et la demande se penchait sur l’évolution de l’utilisation du cloud computing par les entreprises et les opportunités que cela représente pour les fournisseurs de colocation. Cette fois, nous allons étudier les conclusions du rapport dans le domaine de l’IoT et leurs implications pour les colocations avant-gardistes.

Parmi les 700 décideurs informatiques interrogés pour le rapport par 451 Research, 56 % disent qu’au moins un quart de leurs capacités de datacenter et cloud sont déjà mobilisées par l’IoT.

C’est un volume considérable pour une application qui n’en est pas encore au stade d’un déploiement à grande échelle. Seuls 33 % des participants à l’étude ont largement déployé l’Internet des objets ; 26 % indiquent un déploiement limité et 38 % déclarent en être à une étape ou une autre de la planification.

Avec l’avancement et la croissance de ces projets et de ces déploiements limités, le pourcentage des capacités IT soutenant l’IoT va augmenter. 98 % des sociétés interrogées pensent qu’au moins un quart de leurs capacités sera utilisé par l’IoT dans deux ans, et près de la moitié pensent que ce taux atteindra 50 % au moins.

Augmentation des applicatifs informatiques

l’IoT sera vraisemblablement la raison principale de l’augmentation des charges de travail au cours des deux prochains mois, comme l’indique une grande majorité des participants à l’étude. Et les grands volumes de données qui seront générés vont provoquer un abandon drastique et forcés des solutions de stockage locales. Près d’un quart des entreprises interrogées stockent actuellement leurs données IoT sur des serveurs locaux. Ce chiffre doit chuter à 27 % d’ici un an. Les données vont être déplacées vers de l’hébergement cloud et des datacenters en colocation, mais aussi vers l’infrastructure des opérateurs réseau, ainsi que des dispositifs et des systèmes edge.

Pourquoi définir des archétypes Edge

Comme le montre clairement notre travail de définition des archétypes Edge, de nombreuses applications Edge nécessitent des capacités IT distribuées à proximité de la source de données, en plus de recourir au cloud pour l’archivage des données et le deep learning.

Le rapport Vertiv Définir quatre archétypes edge et leurs exigences technologiques identifie quatre grands archétypes qui recouvrent les scénarios d’utilisation principaux de l’edge computing. Ces archétypes sont : Grand volume de données, Sensibilité à la latence humaine, Sensibilité à la latence machine à machine, et Critique pour la vie humaine.

Les applications IoT telles que les bâtiments, les villes et les usines intelligentes entrent dans l’archétype « Grand volume de données » en raison du volume de données générées qui rend impossible ou trop coûteux de confier au cloud l’intégralité du traitement des données. Il faut donc créer une couche de « fog computing » entre l’appareil et le cloud. Comme l’indique le rapport Les données du Edge :

Les nœuds de fog computing, qui sont des installations informatiques situées entre les générateurs de données d’IoT et le cloud centralisé, peuvent inclure des datacenters micro-modulaires ainsi que des datacenters de grande taille situés à proximité des objets finaux (les objets), comprenant des sites de colocation et d’autres sites loués, ainsi que des passerelles IoT intelligentes. Les nœuds de fog computing peuvent gérer des charges de travail IoT générant des volumes de données énormes qu’il serait inefficace de transporter vers un emplacement centralisé, ainsi que des charges de travail IoT nécessitant une latence minime.

Croissance des données IoT : quel avantage pour les fournisseurs de colocation ?

Il est donc clair que les volumes de données produits par l’Internet des objets augmentent, qu’ils quittent les serveurs locaux et, dans de nombreux cas, doivent être traités à proximité du point de génération. Conséquence de ces facteurs, les fournisseurs de colocation ayant multiplié les points de présence physique distribués ont un avantage sur les fournisseurs de cloud centralisé quand il s’agit de capitaliser sur la demande en capacité IoT.

Cet avantage peut être renforcé par l’adoption des technologies sans fil 5G. Face aux volumes considérables de données générés par les milliards de dispositifs et capteurs IoT distants et mobiles, les tours cellulaires actuelles peuvent évoluer pour soutenir un modèle de colocation distribué administré par des fournisseurs de colocation actuels ou émergents.

Les colocations les plus visionnaires d’aujourd’hui ont l’occasion de cibler et capturer la demande en capacité IT suscitée par les déploiements IoT. Selon le rapport Les données du Edge, «L’attention doit être tout particulièrement concentrée sur les verticales et les pays présentant la plus forte proportion d’entreprises qui en sont aux étapes finales de la planification en matière de prise en charge de l’IoT. Ces clients potentiels ont de bonnes chances d’envisager les impacts de l’IoT en termes de capacité et ils seront donc intéressés par les options de traitement et de stockage des données.»

Quelles entreprises prévoient de gérer la croissance de l’IoT ?

Il est intéressant de constater que ces verticales et ces pays sont essentiellement ceux dont les entreprises présentent un faible taux de déploiement de l’IoT.

En Chine, par exemple, plus de la moitié (55 %) des entreprises ont déjà déployé l’IoT à grande échelle, mais elles ne sont que 9 % au stade final de planification. À l’opposé, on ne compte que 20 % d’entreprises avec un déploiement à grande échelle au Royaume-Uni et en Italie, mais ce sont les pays qui affichent le pourcentage le plus élevé d’entreprises aux derniers stades de planification, ce qui en fait un territoire fertile pour les fournisseurs de colocation en position de prendre en charge le fog computing.

Les marchés verticaux les plus fréquemment rencontrés au stade final de la planification sont l’administration et l’enseignement supérieur.

Pour en savoir plus sur la façon dont les entreprises prévoient de gérer la croissance de l’IoT, lisez le rapport complet intitulé Les données du Edge: L’impact du cloud et de l’IoT sur l’implantation des datacenters et la demande.

Langue & Localisation